Estem renovant la nostra web, pot ser trobis alguns problemes o errades. En breu estarà totalment operativa. Gràcies per la paciència

Català | Castellano

Segueix-nos a:

Butlletí de l'IDHC

Subscriu-te ara

Agenda i calendari d'actes

Master universitari de Drets humans, Democràcia i Globalització

Quan:
Del 19 de febrer al 30 de juny del 2020

On:
Universitat Oberta de Catalunya


Introducció a la protecció internacional dels drets humans

Quan:
De l'1 al 24 d'abril del 2020

On:
aulaIDHC.org


Com treballar els drets humans a l’aula: asil, desplaçaments forçats i fronteres

Quan:
Del 25 d'abril al 25 de maig del 2020

On:
Barcelona


Veure més

Associa't a l'IDHC

El teu gra de sorra

A l'IDHC treballem per fer avançar l'història del drets humans. Una història en la que totes i tots nosaltres tenim un paper a jugar.

En vols formar part?

Incidència | Divendres, 9 d'octubre de 2015

Declaració conjunta: Deu anys de violència a la frontera sud de la Unió Europea. La impunitat que encercla "l'externalització de la gestió" de les polítiques migratories s'ha d'aturar

Alliance contre le Racisme et la Xénophobie nord du Maroc, Association AL KHAIMA, Association lumière sur l'émigration clandestine au Maghreb (ALECMA), Association Marocaine des Droits Humains (AMDH), Asociación Pro Derechos de la Infancia (PRODEIN), Association Thissaghnasse pour la Culture et le Développement (ASTICUDE), Collectif des Communautés Subsahariennes au Maroc (CCSM), Collectif Loujna Tounkaranké, Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc (CMSM), EuroMed Droits – Réseau euro-méditerranéen des droits humains, Groupe antiraciste de défense et d'accompagnement des étrangers et migrants (GADEM), Réseau Migreurop


Declaració conjunta: Deu anys de violència a la frontera sud de la Unió Europea. La impunitat que encercla

Dix années après les évènements meurtriers aux frontières de Ceuta et Melilla, en octobre 2005, les organisations de la société civile constatent une impunité des actes de violence commis sur les candidat-e-s à l'immigration vers l'Europe à la frontière nord marocaine, frontière sud de l'Europe.

2005-2015 est une décennie qui, bien que marquée dans les dernières années par des changements politiques prometteurs, a été jalonnée par une violence constante et parfois mortelle, notamment dans les zones transfrontalières.

L'analyse des exactions commises à la frontière Nador-Melilla a mené nos organisations à publier cette déclaration.

Nous, organisations de la société civile issues de la région afro-méditerranéenne et de l’Europe, réunies à Rabat les 1, 2 et 3 Octobre 2015 dans le cadre de l’atelier « Bloquer les migrant·e·s le plus loin possible des frontières européennes ? », demandons à tous les gouvernements concernés, ce qui suit :

  • Le respect des dispositions légales en cas de reconduite aux frontières, notamment l'arrêt des refoulements des personnes en quête de protection internationale, des arrestations visant les personnes en possession de carte d’immatriculation/de séjour, de documents pouvant prouver la qualité de réfugié ou encore de femmes enceintes et d'enfants. Nous rappelons que la décision fixant le pays de renvoi doit relever du contrôle juridictionnel avec prise en compte de toutes les garanties de procès équitable qui s’en suivent.
  • Le respect des dispositions du droit international, notamment la convention de Genève relative aux réfugiés dont le Maroc et l'Espagne sont signataires. Le respect du principe de non-refoulement des personnes et la cessation de tout acte de violence physique et morale visant les personnes en mobilité transnationale aux frontières de Ceuta et Melilla.
  • L'arrêt de l'instrumentalisation de la « lutte contre la traite des êtres humains » pour mener des opérations de répression. Si, à plusieurs reprises, les autorités marocaines ont utilisé cet argument – exemples de la rafle massive du 10 février 2015 à Gourougou et de celle du 15 août 2015 à Oujda – les procédures de détection et de protection de potentielles « victimes de traite » de la part des autorités n'ont jamais été mises en place.
  • Que soit rendu effectif l'accès aux bureaux d'asile aux frontières de Ceuta et Melilla pour toute personne en quête de protection internationale, sans aucune discrimination. Nous demandons ainsi que les autorités marocaines cessent de bloquer le passage aux personnes originaires d'Afrique subsaharienne, qui peuvent légitimement prétendre à une protection au titre du droit d’asile, et aux réfugiés de Syrie, ou de toute autre région du monde.

Depuis plusieurs mois, des personnes ressortissantes de Syrie et palestiniennes de Syrie sont bloquées à la frontière de Beni Ansar, empêchées d'atteindre Melilla, parfois par la force.

Certaines d'entre elles ont été arrêtées et poursuivies. En septembre à Nador, un réfugié Syrien a été condamné à une peine de prison ferme de deux mois. Ces blocages ont ouvert la porte à un vrai trafic humain où les personnes syriennes et subsahariennes sont contraintes de payer des sommes considérables pour traverser les frontières.

Nous déplorons l’utilisation de ressources techniques et financières abyssales dans la construction de nouvelles barrières et dans la multiplication des actes de violence à l’égard des personnes en mobilité transnationale et/ou potentielles demandeuses d’asile.

Nous demandons de manière urgente, la fin de l’impunité dont jouissent les responsables de ces exactions et de ces politiques migratoires sévissant aux frontières Sud de l’Europe, en particulier aux abords des enclaves de Ceuta et Melilla.

Nous demandons à ce que les textes de loi, actuels ou à venir, concernant l'immigration et l’asile soient respectés et prennent en compte les engagements internationaux du Maroc et les dispositions de la Constitution marocaine de 2011. La précarité notamment légale et en termes de protection des droits subsiste pour certaines catégories d'étrangers au Maroc, et ce malgré la nouvelle politique migratoire.

ENLLAÇOS RELACIONATS

EuroMed Rights - Euro-Mediterranean Human Rights Network

Et pot interessar

Sala de premsa, Formació | Actualitat | Dilluns, 9 de març de 2020

El relator de Nacions Unides sobre els drets de les persones migrants inaugura el curs anual de drets humans

Al llarg de tres setmanes, el curs se centrarà en l'estudi de la protecció dels drets humans amb una perspectiva interseccional


Incidència | Actualitat | Divendres, 10 de maig de 2019

Drets humans, en el centre: Accions per a un futur millor a la regió euromediterrània

Comunicat de la Xarxa Euromediterrània de Drets Humans

ACTE PRESENCIAL

Dia Mundial de les persones refugiades 2014

Tots els dies de l'any milers de persones abandonen les seves cases fugint de guerres, persecucions per motius religiosos, polítics, ètnics, per qüestions de nacionalitat o per la seva pertinença a un determinat grup...

Quan:
20 d'octubre del 2014, 18:00

On:
Biblioteca Jaume Fuster

Av. Meridiana 32, ent. 2a (esc. B) | 08018 Barcelona
T.: +34 93 119 03 72 | +34 655 856 163
institut@idhc.org

© Institut de Drets Humans de Catalunya.
Avis legal | Mapa web | Contacte

Pàgina web x Space Bits